Parlons des vraies choses!

Acheter un vélo de nos jour peut sembler complexe. Il y a tellement d’informations qui circulent et de désinformation par le fait même; tellement de modèles de vélos, de tendances. Comment s’y retrouver? Quelle boutique choisir? Il y a plusieurs choses qui entrent en cause. Il y a les facteurs émotionnels, réputation, la peur de se tromper, l’humilité de l’acheteur de reconnaître ses caractéristiques, personnalité et goûts, le beau frère, etc. Commençons donc par ceux que je rencontre le plus souvent: Le beau-frère et ce que je considère, le facteur le plus important: Le besoin à combler.

Le beau-frère: L’influence de tout les instants

En boutique, quand j’use de cette expression, je réussis immanquablement à extirper un sourire en coin à tout le monde. Le concept est simple, nous connaissons tous un Beau-frère: ce “p’tit Jo connaissant” qui semble tout connaître ou celui que nous croyons qu’il connaît tout. Comme le titre d’en haut le suggère, on va se dire les vraies affaires… Nous sommes tous des beau-frères. Oui oui! Tous! La réelle caractéristique du beau-frère est celle d’essayer de vous vendre son besoin, ce qui a bien marché pour lui et non de vous vendre ce que vous avez besoin. Je me prends en exemple. J’ai une Jeep. J’en veux une depuis que j’ai 11 ans, je l’ai depuis 12 ans maintenant et c’est le meilleur véhicule que j’ai eu (et d’ailleurs le seul). Si vous me demandez mon avis sur une voiture, je vous vends quoi? Une Jeep! Je vais vous parler de la conduite hivernale et hors route en plus de la sensation incroyable quand le toit ou les portes sont retirées. Tout pour vous convaincre. Qu’on se comprenne bien, pas que mon avis n’est pas bon, il n’est malheureusement pas assez large pour bien conseiller. Il est d’ailleurs extrêmement biaisé. Ce n’est clairement pas le besoin de tout le monde!! Donc gardez en tête ce concept car il intervient pendant tout votre processus d’achat. Et ce, autant si vous achetez une auto, des pastilles contre la grippe ou, dans ce cas-ci un vélo. Le beau-frère vous vend, ce qui a bien marché pour lui. Pas ce qui répond à votre besoin nécessairement.

Facebook, les revues et les forums: du discernement SVP!

Quoi de mieux que de demander à la communauté internet ou de lire des revues sur le sujet pour se faire une idée? Le seul point dans tout ça c’est comment départager l’objectif du subjectif. Qui place le commentaire? Il mesure combien? Quel est son poids? Il roule sur quelle grandeur de vélo? Quelle est son expérience? Combien de vélo a-t’il eu, essayé? lesquels?

Les revues:

Les revues ont un devoir journalistique de fournir la meilleure information possible. Toutefois, elles ne peuvent pas vraiment essayer tous les vélos, seulement ceux que les compagnies leur fournissent. Ce qui ne contribue pas à fournir une information complètement objective mais sans être subjective. De plus, bien que le chroniqueur se nomme généralement, que savez-vous des biais de ce chroniqueur? Personnalité, préférences personnelles? Ce sont des points important pour remettre l’essence de son commentaire en contexte, en perspective.

Facebook et les forums:

Poser une question sur une page Facebook ou un forum, c’est souvent aller à la pêche aux beau-frères. Ils iront très souvent avec des commentaires peu utiles comme: Mon bike c’est le meilleur, ma boutique est la meilleure (mais elle est à 5h de voiture de chez vous) et nous avons tous tendance à se conforter dans ces belles recommandations. Mais vous ont-ils demandé quelles étaient vos valeurs, votre personnalité et le plus important, vos besoins?

Première étape: Quel besoin cherchez-vous à combler?

Parfois, je lis les forums et je ne peux m’empêcher d’être épris de compassion pour celui ou celle qui recherche son vélo de rêve en demandant conseil au WEB. Tout le monde y va de sa suggestion et ses priorités: Budget, réputation de boutique ou réputation de compagnie. Il y a vraiment beaucoup de beau-frères. Revenons sur terre quelques instants. Qui sera le propriétaire du vélo? VOUS! Quelles sont VOS priorités? Quel est VOTRE besoin? Vous voulez faire quoi? Où? Seuls? entre amis? à fond Léon ou plus smooth? Là je vous entends penser:” Oui mais je veux pas avoir l’air touriste avec mon nouveau bike! Avoir l’air d’un amateur!” Bien que l’appartenance à un groupe soit une partie très importante de la pyramide des besoins de Maslow, rappelez-vous pour qui vous entreprenez cette démarche: Parce que VOUS avez envie de faire vélo. Si vous aimez faire du vélo avec des gougounes “Hello Kittie”, c’est votre vélo, votre besoin. Peu importe ce les autres en pensent. Dès lors, vous trouverez des gens qui partagerons votre vision.

Quelle est votre personnalité?

Acheter un vélo n’est pas très différent de n’importe quel autre achat. En principe, vous achetez des choses dont vous avez besoin et qui vous permettrons d’aller chercher un certain plaisir lors de l’utilisation -Restez avec moi ici, je suis toujours au premier degré, ne bifurquez pas!- . Donc, un vélo qui vous conviendra viendra puiser dans votre personnalité de sorte à ce que vous vous sentiez à l’aise et que ce bonheur soit durable. Si vous vous lassez rapidement de votre achat, c’est que vous ne vous êtes pas suffisamment questionné. Quel type de personnalité avez-vous? Là je vous entends me dire:” Comment je peux savoir ma personnalité à vélo, j’en ai pas de vélo! C’est pour ça que je magasine!”. Votre personnalité est dans toutes les sphères de votre vie. Prenons un exemple banal: Quand vous jouez au badminton, êtes-vous celui qui aime faire des échanges corsés ou de long échanges pour le plaisir. Qu’est-ce que vous aimez dans la vie? Quelles-sont vos forces? Vos faiblesses? Avez-vous des blessures de guerre avec lesquelles vous devez composer? Votre expérience, votre poids? Toutes ces questions vous amènent au point le plus important de votre démarche: POURQUOI? Dans quel but? Quel est VOTRE objectif. Cet exercice de réflexion pré-achat sera primordial pour vous permettre de bien choisir un vélo pour vous et que pour vous.

En conclusion

Choisir un vélo, comme n’importe quoi d’autre, repose sur notre connaissance de nous-même et de ce que nous souhaitons combler, de notre besoin. Utiliser les ressources internet pour débroussailler n’est pas une mauvaise chose du moment que ça nous aide à entrevoir les possibilités et non nous aider à choisir. Ce choix vous est propre à vous.  Et en boutique, nous sommes là pour vous aider à choisir, mettant notre expérience à profit, à travers les divers produits et compagnies que nous vendons. Quelle compagnie choisir? Quel vélo?

à suivre dans la prochaine chronique!

Inscrivez-vous à notre infolettre
Quelques marques que nous tenons
Logo de Giant Bicycles Logo de Felt Bicycles Logo de Kona Logo de Orbea