p4pb10279487

Le KONA Process, une plateforme qui réinvente le plaisir de rouler

Comme plusieurs le savent, j’ai choisi de tenir Kona en magasin car à mon avis, ils ont une saveur. Ils me procurent un plaisir de rouler que je ne retrouve pas fréquemment quand j’enfourche un vélo. Depuis plusieurs années, Kona a fait beaucoup de tests sur de nouvelles plateformes: le Coil-air, Cadabra et Abracadabra, les 2+2 mais sans nécessairement se démarquer. J’éprouve toutefois beaucoup de respect envers ceux qui essaient. Voilà donc qu’en 2011 Steve Mandrell, un concepteur de Chez FSA, est embauché pour la conception du design des vélos. Sa première action: assimiler les fondements de Kona. Kona fonctionne essentiellement autour d’une plateforme à simple pivot et, aux besoins du vélo et à la progression du débattement, va s’adapter un mécanisme de transfert différent. L’Opérator est né. Fier de ce premier défi relevé avec brio, Kona regagne ses lettres de noblesse en retrouvant sa fougue et son dynamisme.

2013, après deux ans de travail, la plate-forme Enduro se développe. L’Enduro s’apparente essentiellement au style de vélo dit “all-mountain” mais avec une sévère orientation DH. Le Process est né. Fort de sa polyvalence, il a su ravir les descendeurs les plus exigeants et créer un précédent en intégrant des “petits bikes” dans la chasse gardée des vélos de DH. Sur cette lancée, le Process s’est raffiné et s’est démocratisé en 3 versions en 2014: le 111, le 134 et le 153. Les 3 modèles bénéficiant d’un comportement ludique, inspirant, extrêmement maniable et sécurisant. Mon parcours de coureur de cross-country me prédestinait au 111 deluxe, le sujet principal de cet essai.

Le Kona process 111DL: Un beau wapatow!

Une fois sorti de la boîte, on retrouve l’âme de KONA: des couleurs excentriques, des pneus généreux, de très gros freins. Ça inspire. Sur la balance, le Process 111DL accuse 27 lbs. C’est très décent pour un engin de cette taille. Du coup, quand on regarde les roues, c’est du 29″. C’est gros, voire très gros. Pour ceux qui auraient lu ma chronique sur la grandeur des roues (http://www.messierbicyclettes.com/pour-les-nuls/26-29-et-27-5- comment-choisir), vous savez désormais que les roues sont un ingrédient parmi tous les autres . Les roues ont leurs forces et leurs faiblesses. Mais pour mettre en valeur les forces des roues de 29″, KONA a supprimé la possibilité d’installer un dérailleur avant. Cette modification a permis d’obtenir un arrière-train vraiment court. De plus, le centre de gravité du nouveau Process a grandement été abaissé, ce qui engendre un rehaussement, du moins théoriquement, de son agilité et de sa maniabilité. Conjugué à l’extrême capacité de franchissement du 29″, on se retrouve avec un vélo au caractère extrêmement joueur et dynamique.

Côté composantes, nous sommes très choyés. Le prestigieux groupe Sram XX1 pour la transmission. Amortisseur Rockshox monarch RT3 et Révélation RTC3. Rien à dire, ça marche. En plus, le vélo vient, de série, équipé de freins XO trail avec 4 pistons et de disques de 180mm à l’avant et de 160mm à l’arrière. Les pneus Maxxis Ardent font belle figure et leur grosseur inspire les pires abus. Le vélo vient équipé de moyeux Hope Evo 2 à 36 cliquets (10 degrés d’engagement) et des jantes Stan’s ZTR Flow EX. Voyons voir ce que ça vaut sur le terrain!

Le sourire est contagieux: Le Process,le virus

Je suis dans l’état de Washington, à Bellingham, dans de superbes sentiers aménagés par les passionnés du coin. Aucun remonte-pente à proximité: on a intérêt à pédaler. En selle!! Le Process 111DL, dès les premiers coups de pédales, se montre très docile et efficace. Merci à l’amortisseur et ses 3 réglages de compression possibles. On ressent un peu le poids des roues quand ça grimpe; c’est un peu pénalisant sur les accélérations plus brutes mais le vélo progresse très bien dans le sentier. Petit bémol: l’engrenage de 34 dents du pédalier conjugué au plateau arrière de 11 vitesses, c’est un peu agressif comme ratio. Je me pensais fort mais il semble que je ne le sois pas assez. Je me retrouve constamment dans la situation où je pourrais aller plus vite mais la vitesse plus forte est trop difficile mais celle plus basse est trop facile. Un plateau 30 dents ou 32 dents aurait été de mise. Cela aurait permis de mieux utiliser l’ensemble des choix de pignons à l’arrière.

Là où les choses deviennent vraiment très très intéressantes, c’est sur les descentes: Wouhou!! Le vélo est super sécurisant, prévisible et agile. Son centre de gravité, très bas, rehausse grandement la maniabilité et ce, même en 29″. Pour être franc, le seul indice qui me rappelle que je pilote un 29″ c’est l’énormité des roues. Pour moi qui ne suis pas très confiant dans les manœuvres aériennes, le Kona Process 111 me donne une assurance que j’ai rarement ressentie à vélo. Je veux plus de vitesse, plus de virages et de sauts. Je me surprends moi-même. Dans les mains de David, mon mécanicien – avec un sérieux bagage en descente -, à très haute vitesse, le vélo est littéralement scotché au sol tant le momentum des roues est grand. Ça bouffe tout ce qui passe.

Ce feu roulant a cependant un petit bémol: aussi sécurisant soit-il, à grande vitesse, le momentum important rend plus difficile les manœuvres aériennes plus spectaculaires. Mais entre vous et moi, ce n’est pas ma tasse de thé de faire des jumps à fond mon Léon. Alors, je vis bien avec ce petit revers étant donné que toutes les limites de ma zone de confort sont repoussées au volant de cet engin. Autre chose, le freinage est décent mais un peu décevant. J’aurais espéré un freinage plus brutal avec des étriers 4 pistons. Étant donné la grandeur des roues et l’aisance à grande vitesse peut-être vaut-il mieux opter pour de plus grands disques? Les sentiers sont très secs voir légèrement humides. Les pneus Maxxis Ardent sont très agressifs et me donnent confiance. Toutefois, à rouler plus agressif, ils ont tendance à déraper légèrement dans les virages plus sérieux. Une accroche latérale un peu plus proéminente améliorerait mon pilotage et ma prise de vitesse. Somme toute, c’est du sérieux!! La Révélation est irréprochable mais la nouvelle RockShox Pike serait toute désignée pour ce genre de vélo. Si je fais la bouche fine, le moyeu arrière pourrait avoir un angle d’engagement plus serré ce qui, compte tenu de la grandeur des roues, améliorerait grandement le pédalage en circuits plus techniques.

Conclusionons!

Je ne crois pas qu’il y ait de mauvaises compagnies de vélo. Toutefois, je retrouve chez Kona la raison principale pour laquelle je pratique le vélo de montagne: parce que c’est l’fun! Les possibilités, l’agilité, la stabilité, la fiabilité, tout y est. La prise en main est naturelle. La géométrie du vélo est parfaitement adaptée pour une conduite généreuse et sécurisante. C’est un parfait exemple d’une splendide intégration des différents ingrédients permettant, en somme, d’exploiter efficacement chacune des composantes. J’ai adoré ce vélo!!

www.konaworld.com MSRP: 6299.00$

Inscrivez-vous à notre infolettre
Quelques marques que nous tenons
Logo de Giant Bicycles Logo de Felt Bicycles Logo de Kona Logo de Orbea