Une question de travail à la chaîne!

Saviez-vous que le vélo bénéficie de l’un des mécanismes les plus efficaces parmi toutes les machines que l’homme a créées? Et bien c’est le cas!! Bien que, pour la majeure partie des gens, le vélo soit un objet banal, sans trop d’intérêt -ce qui est très dommage-il n’en demeure pas moins que cet objet à deux roues qui, jadis, était synonyme de liberté, bénéficie de technologies extrêmement intéressantes.

Qui aurait dit, lors de l’invention du vélo, que nous developperions des transmission de 1,3,5,6,7,8,9,10 et maintenant 11 vitesses!? Bien que les pignons et pédaliers soient très impressionnants par leur confection de plus en plus soignée avec des passages de vitesses de plus en plus doux et rapides, reste néanmoins que c’est la chaîne, qui fait le lien entre tout ce beau monde!

La chaîne: le maillon faible?

La chaîne est l’organe qui fait le lien entre le pédalier et les pignons. Donc, c’est elle qui a la tâche ingrate de se plier à tous ces efforts de tension et de torsion alors qu’on la déplace d’une vitesse à l’autre. Pas une job facile!! Jusqu’à maintenant, les chaînes n’ont pas eu droit à une évolution très marquante. On leur donne des plaquages au nickel, des traitements de surface pour les endurcir à l’usure, on leur met des rivets creux pour les alléger…mais pourquoi change-t-on chaîne? Parce qu’elle est étirée. Et ce qui va en émoustiller quelque-uns, elle s’étire avant que vous ayez pu réellement bénéficier des nombreux traitements de surface que nous avons fait subir à votre chaîne.

L’étirement est quelque chose de normal. Sous l’effort, l’acier subit une déformation que l’on dit plastique ou permanente. Si la chaîne étire, ça augmente la distance entre ses rouleaux ce qui fait que la chaîne creuse progressivement sont chemin dans les engrenages (pédalier et pignons). Conséquemment, un entretien négligé de la chaîne peu engendrer des coûts de réparation parfois plus élevé…

Où il y a de la chaîne, il y a du plaisir…

À essayer de nouvelles patentes chaque année, on tombe sur des citrons mais parfois, de sapristi de belles trouvailles. Une de ces trouvailles est la chaîne KMC X-10slti. Non seulement elle est une des chaînes les plus légères sur le marché, mais le coté le plus intéressant c’est qu’elle est à l’épreuve de…L’ÉTIREMENT!! Oui oui! Elle n’étire pas, voir très très peu.

Une fois sortie de la boîte, son fini doré en jette beaucoup. Ce fini est une nitruration au titane, comme sur les forêts que l’on installe sur les perçeuses. ce fini permet une meilleure résistance à l’usure. Dans ce cas-ci, quand la chaîne perd son fini, il est généralement temps de la changer car elle a également gagné beaucoup en souplesse.

Oui mais Pat! Comment ça coûte!?

La série X-sl est disponible en plusieurs versions: NP (plaquée au nickel) ou TI (nitrurée au titane). Cette série est plus onéreuse (à partir de 90$). Cependant, KMC a ajouté d’autres modèles qui se vendent à partir de 45$. Donc accessible à toutes les bourses.

Le jeu au vaut-il la chandelle?

La chaîne passe d’un pignon à l’autre tout en douceur. Pour la durabilité? Bien, contraîrement à avant, je change ma chaîne tous les deux ans et j’ai toujours la même cassette (pignons)!  Donc ça vaut le coup! Lors de votre prochaine visite chez nous, si votre chaîne est bonne à être remplacée, demandez la KMC série X, je vous le recommande!

MSRP: 44.95 à 109.95

www.kmcchain.com

Inscrivez-vous à notre infolettre
Quelques marques que nous tenons
Logo de Giant Bicycles Logo de Felt Bicycles Logo de Kona Logo de Orbea